<  Back to the Polytechnique Montréal portal

Étude des propriétés rhéologiques de résidus miniers densifiés

Drissa Ouattara

Masters thesis (2011)

[img]
Preview
Download (13MB)
Cite this document: Ouattara, D. (2011). Étude des propriétés rhéologiques de résidus miniers densifiés (Masters thesis, École Polytechnique de Montréal). Retrieved from https://publications.polymtl.ca/560/
Show abstract Hide abstract

Abstract

RÉSUMÉ L’industrie minière connaît ces dernières années un essor mondial exceptionnel consécutif à l’évolution des cours mondiaux des métaux. Le niveau élevé des prix des métaux a favorisé l’exploitation de gisements à faible teneur en métaux souvent restés inexploités à cause des conjonctures économiques défavorables. Toutefois, la mise en exploitation de gisements miniers à faible teneur de coupure est à l’origine de la production d’importante quantité de rejets solides, liquides et gazeux. Cela est attribuable au fait que pour obtenir une même quantité appréciable de substances utiles, les gisements à faible teneur nécessitent l’extraction et le traitement de quantités plus importantes de minerais que dans le cas de gisements à forte teneur. Ces grandes quantités de rejets issues de cette industrie doivent être gérées de manière responsable. En raison des exigences environnementales de plus en plus restrictives, l’industrie minière est obligée d’améliorer de manière constante ses pratiques de gestion de ses rejets. La recherche entreprise dans le domaine de l’environnement minier ces dernières décennies a conduit à la mise en place de techniques de gestion efficaces de réduction, voire d’élimination, de certains impacts néfastes. Dans le registre de la gestion efficace, on peut citer l’avènement des techniques de densification en réponse aux problèmes de grande taille des parcs à résidus et aux risques de rupture des digues de retenue. Cette technique consiste à accroître le pourcentage solide des résidus en procédant à un retrait d’eau grâce à des épaississeurs de grandes performances et de filtres. Par conséquent, cette technique permet d’améliorer les caractéristiques hydrogéotechniques des résidus tout en permettant un recyclage important de l’eau, ce qui constitue un avantage réel surtout dans les régions à climat aride ou glacial. En fonction des pourcentages de solides des résidus densifiés produits, on distingue les résidus épaissis ayant un pourcentage de solides supérieur à 50% et inférieur à 70%, les résidus en pâte dont le pourcentage de solides est compris entre 70% et 85% et les résidus filtrés présentant un pourcentage de solides très élevé, supérieur à 85%. Notons que les résidus à l’état de pâte peuvent être utilisés dans les remblais cimentés en pâte et servir au remblayage des excavations dans les exploitations souterraines.----------ABSTRACT RÉSUMÉ L’industrie minière connaît ces dernières années un essor mondial exceptionnel consécutif à l’évolution des cours mondiaux des métaux. Le niveau élevé des prix des métaux a favorisé l’exploitation de gisements à faible teneur en métaux souvent restés inexploités à cause des conjonctures économiques défavorables. Toutefois, la mise en exploitation de gisements miniers à faible teneur de coupure est à l’origine de la production d’importante quantité de rejets solides, liquides et gazeux. Cela est attribuable au fait que pour obtenir une même quantité appréciable de substances utiles, les gisements à faible teneur nécessitent l’extraction et le traitement de quantités plus importantes de minerais que dans le cas de gisements à forte teneur. Ces grandes quantités de rejets issues de cette industrie doivent être gérées de manière responsable. En raison des exigences environnementales de plus en plus restrictives, l’industrie minière est obligée d’améliorer de manière constante ses pratiques de gestion de ses rejets. La recherche entreprise dans le domaine de l’environnement minier ces dernières décennies a conduit à la mise en place de techniques de gestion efficaces de réduction, voire d’élimination, de certains impacts néfastes. Dans le registre de la gestion efficace, on peut citer l’avènement des techniques de densification en réponse aux problèmes de grande taille des parcs à résidus et aux risques de rupture des digues de retenue. Cette technique consiste à accroître le pourcentage solide des résidus en procédant à un retrait d’eau grâce à des épaississeurs de grandes performances et de filtres. Par conséquent, cette technique permet d’améliorer les caractéristiques hydrogéotechniques des résidus tout en permettant un recyclage important de l’eau, ce qui constitue un avantage réel surtout dans les régions à climat aride ou glacial. En fonction des pourcentages de solides des résidus densifiés produits, on distingue les résidus épaissis ayant un pourcentage de solides supérieur à 50% et inférieur à 70%, les résidus en pâte dont le pourcentage de solides est compris entre 70% et 85% et les résidus filtrés présentant un pourcentage de solides très élevé, supérieur à 85%. Notons que les résidus à l’état de pâte peuvent être utilisés dans les remblais cimentés en pâte et servir au remblayage des excavations dans les exploitations souterraines.

Open Access document in PolyPublie
Department: Département des génies civil, géologique et des mines
Dissertation/thesis director: Mamert Mbonimpa and Tikou Belem
Date Deposited: 17 Nov 2011 15:09
Last Modified: 24 Oct 2018 16:10
PolyPublie URL: https://publications.polymtl.ca/560/

Statistics

Total downloads

Downloads per month in the last year

Origin of downloads

Repository Staff Only