<  Back to the Polytechnique Montréal portal

Leveraging Artificial Intelligence to Improve EEG-fNIRS Data Analysis

Parikshat Sirpal

PhD thesis (2020)

[img] Terms of Use: All rights reserved.
Restricted to: Repository staff only until 20 October 2021.
Cite this document: Sirpal, P. (2020). Leveraging Artificial Intelligence to Improve EEG-fNIRS Data Analysis (PhD thesis, Polytechnique Montréal). Retrieved from https://publications.polymtl.ca/5287/
Show abstract Hide abstract

Abstract

La spectroscopie proche infrarouge fonctionnelle (fNIRS) est apparue comme une technique de neuroimagerie qui permet une surveillance non invasive et à long terme de l'hémodynamique corticale. Les technologies de neuroimagerie multimodale en milieu clinique permettent d'étudier les maladies neurologiques aiguës et chroniques. Dans ce travail, nous nous concentrons sur l'épilepsie - un trouble chronique du système nerveux central affectant près de 50 millions de personnes dans le monde entier prédisposant les individus affectés à des crises récurrentes. Les crises sont des aberrations transitoires de l'activité électrique du cerveau qui conduisent à des symptômes physiques perturbateurs tels que des changements aigus ou chroniques des compétences cognitives, des hallucinations sensorielles ou des convulsions de tout le corps. Environ un tiers des patients épileptiques sont récalcitrants au traitement pharmacologique et ces crises intraitables présentent un risque grave de blessure et diminuent la qualité de vie globale. Dans ce travail, nous étudions 1. l'utilité des informations hémodynamiques dérivées des signaux fNIRS dans une tâche de détection des crises et les avantages qu'elles procurent dans un environnement multimodal par rapport aux signaux électroencéphalographiques (EEG) seuls, et 2. la capacité des signaux neuronaux, dérivé de l'EEG, pour prédire l'hémodynamique dans le cerveau afin de mieux comprendre le cerveau épileptique. Sur la base de données rétrospectives EEG-fNIRS recueillies auprès de 40 patients épileptiques et utilisant de nouveaux modèles d'apprentissage en profondeur, la première étude de cette thèse suggère que les signaux fNIRS offrent une sensibilité et une spécificité accrues pour la détection des crises par rapport à l'EEG seul. La validation du modèle a été effectuée à l'aide de l'ensemble de données CHBMIT open source documenté et bien référencé avant d'utiliser notre ensemble de données EEG-fNIRS multimodal interne. Les résultats de cette étude ont démontré que fNIRS améliore la détection des crises par rapport à l'EEG seul et ont motivé les expériences ultérieures qui ont déterminé la capacité prédictive d'un modèle d'apprentissage approfondi développé en interne pour décoder les signaux d'état de repos hémodynamique à partir du spectre complet et d'une bande de fréquences neuronale codée spécifique signaux d'état de repos (signaux sans crise). Ces résultats suggèrent qu'un autoencodeur multimodal peut apprendre des relations multimodales pour prédire les signaux d'état de repos. Les résultats suggèrent en outre que des gammes de fréquences EEG plus élevées prédisent l'hémodynamique avec une erreur de reconstruction plus faible par rapport aux gammes de fréquences EEG plus basses. De plus, les connexions fonctionnelles montrent des modèles spatiaux similaires entre l'état de repos expérimental et les prédictions fNIRS du modèle. Cela démontre pour la première fois que l'auto-encodage intermodal à partir de signaux neuronaux peut prédire l'hémodynamique cérébrale dans une certaine mesure. Les résultats de cette thèse avancent le potentiel de l'utilisation d'EEG-fNIRS pour des tâches cliniques pratiques (détection des crises, prédiction hémodynamique) ainsi que l'examen des relations fondamentales présentes dans le cerveau à l'aide de modèles d'apprentissage profond. S'il y a une augmentation du nombre d'ensembles de données disponibles à l'avenir, ces modèles pourraient être en mesure de généraliser les prédictions qui pourraient éventuellement conduire à la technologie EEG-fNIRS à être utilisée régulièrement comme un outil clinique viable dans une grande variété de troubles neuropathologiques.----------ABSTRACT Functional near-infrared spectroscopy (fNIRS) has emerged as a neuroimaging technique that allows for non-invasive and long-term monitoring of cortical hemodynamics. Multimodal neuroimaging technologies in clinical settings allow for the investigation of acute and chronic neurological diseases. In this work, we focus on epilepsy—a chronic disorder of the central nervous system affecting almost 50 million people world-wide predisposing affected individuals to recurrent seizures. Seizures are transient aberrations in the brain's electrical activity that lead to disruptive physical symptoms such as acute or chronic changes in cognitive skills, sensory hallucinations, or whole-body convulsions. Approximately a third of epileptic patients are recalcitrant to pharmacological treatment and these intractable seizures pose a serious risk for injury and decrease overall quality of life. In this work, we study 1) the utility of hemodynamic information derived from fNIRS signals in a seizure detection task and the benefit they provide in a multimodal setting as compared to electroencephalographic (EEG) signals alone, and 2) the ability of neural signals, derived from EEG, to predict hemodynamics in the brain in an effort to better understand the epileptic brain. Based on retrospective EEG-fNIRS data collected from 40 epileptic patients and utilizing novel deep learning models, the first study in this thesis suggests that fNIRS signals offer increased sensitivity and specificity metrics for seizure detection when compared to EEG alone. Model validation was performed using the documented open source and well referenced CHBMIT dataset before using our in-house multimodal EEG-fNIRS dataset. The results from this study demonstrated that fNIRS improves seizure detection as compared to EEG alone and motivated the subsequent experiments which determined the predictive capacity of an in-house developed deep learning model to decode hemodynamic resting state signals from full spectrum and specific frequency band encoded neural resting state signals (seizure free signals). These results suggest that a multimodal autoencoder can learn multimodal relations to predict resting state signals. Findings further suggested that higher EEG frequency ranges predict hemodynamics with lower reconstruction error in comparison to lower EEG frequency ranges. Furthermore, functional connections show similar spatial patterns between experimental resting state and model fNIRS predictions. This demonstrates for the first time that intermodal autoencoding from neural signals can predict cerebral hemodynamics to a certain extent. The results of this thesis advance the potential of using EEG-fNIRS for practical clinical tasks (seizure detection, hemodynamic prediction) as well as examining fundamental relationships present in the brain using deep learning models. If there is an increase in the number of datasets available in the future, these models may be able to generalize predictions which would possibly lead to EEG-fNIRS technology to be routinely used as a viable clinical tool in a wide variety of neuropathological disorders.

Open Access document in PolyPublie
Department: Institut de génie biomédical
Polytechnique Montréal > Centres de recherche > Institut de génie biomédical
Academic/Research Directors: Frédéric Lesage and Khoa Nguyen Dang
Date Deposited: 20 Oct 2020 13:15
Last Modified: 20 Oct 2020 13:15
PolyPublie URL: https://publications.polymtl.ca/5287/

Statistics

Total downloads

Downloads per month in the last year

Origin of downloads

Repository Staff Only