<  Back to the Polytechnique Montréal portal

Intégration des indicateurs environnementaux et économiques dans une approche cycle de vie appliquée au secteur du bâtiment durable

Leyla Lardja

Masters thesis (2017)

[img]
Preview
Download (4MB)
Cite this document: Lardja, L. (2017). Intégration des indicateurs environnementaux et économiques dans une approche cycle de vie appliquée au secteur du bâtiment durable (Masters thesis, École Polytechnique de Montréal). Retrieved from https://publications.polymtl.ca/2774/
Show abstract Hide abstract

Abstract

RÉSUMÉ : Le développement urbain joue depuis quelques années un rôle affirmé dans la transition vers des modes de production et de consommation plus durable, notamment à travers des stratégies visant le secteur du bâtiment. Ce secteur voit l’émergence de l’utilisation d’un nombre important et varié de matériaux verts, de pratiques écologiques et de certifications. Cependant le bâtiment durable représente encore aujourd’hui un marché de niche dans le secteur du bâtiment. En effet la multitude des solutions techniques rend difficile la sélection des meilleures options par les preneurs de décision. Cette situation indique la nécessité de proposer des outils d’aide à décision qui intègrent les impacts environnementaux et économiques permettant d’identifier des solutions optimales sur ces deux aspects. Ce mémoire a donc pour objectif de proposer une approche opérationnelle pour faire une analyse intégrée des coûts et des impacts environnementaux dans le contexte décisionnel des bâtiments durables. Pour y parvenir, une étude de cas de la Société d’habitation du Québec est utilisée pour appliquer ces deux méthodes. Cette étude de cas compare un bâtiment à ossature légère en bois et un bâtiment à structure de bois lamellés croisés (CLT). Le modèle d’éco-efficience s’est avéré une méthode bien adaptée au contexte opérationnel de prise de décision grâce à ses caractéristiques de facilité et de rapidité d’interprétation. Ce modèle est donc un levier potentiel dans la sélection des options dans un contexte d’éco-conception des bâtiments. L’AcCV sociétale quant à elle s’avère moins utile dans un contexte opérationnel à cause d’un biais de pondération inhérent à la méthode de monétarisation. Cependant, cette méthode est plus pertinente pour évaluer les projets pilotes en vue de la mise en place d’une politique publique. Ces deux méthodes ont un potentiel de déploiement dans le secteur du bâtiment durable. L’éco-conception utilisant le modèle d’éco-efficience proposé serait particulièrement adapté aux acteurs tels que les firmes d’architectes. L’AcCV sociétale a un potentiel pour soutenir les décisions publiques visant à identifier les mesures les plus pertinentes pour la diffusion des pratiques durables de construction.----------ABSTRACT : Urban development plays an important role in the transition towards more sustainable ways of production and consumption with different strategies, among them the green building. This sector saw the emergence of a significant number of green products, practices and certifications. Even though green buildings are still a niche production in the building sector, the multitude of existing green solutions and techniques makes selection of the best option a challenging decision. This highlights the need for decision support tools that integrate environmental and economic issues to help with the selection of optimal solutions. This study aims at investigating the extent to which the integration methods of eco-efficiency and of societal Life Cycle Cost assessment (LCC) can support decision making in the context of green buildings. In order to the achieve this, a case study from la Société d’Habitation du Québec is used for application of these two methods. The case study compares two green buildings; one with a light frame wooden structure and one with a cross laminated timber frame. The eco-efficiency model proves to be an effective method in support to decision making in an operational context given its simplicity and ease of interpretation. This model therefore offers a potentiel lever for the selection of sustainable options in the context of green building eco-design. Societal LCC proves less useful in an operational context considering its bias due to the monetarisation’s weighing approach. However this method is more relevant in the context of public policy decision making. Both methods have relevant applications in the building sector for the implementation of sustainable strategies. Ecodesign using eco-efficiency indicators is particularly adapted to stakeholders like architecture firms, while societal LCC indicators have the potentiel to support public initiatives for the deployment of sustainable construction practices.

Open Access document in PolyPublie
Department: Département de mathématiques et de génie industriel
Dissertation/thesis director: Manuele Margni, Jean-Pierre Revéret and Cécile Bulle
Date Deposited: 16 Nov 2017 14:10
Last Modified: 27 Jun 2019 16:47
PolyPublie URL: https://publications.polymtl.ca/2774/

Statistics

Total downloads

Downloads per month in the last year

Origin of downloads

Repository Staff Only