<  Retour au portail Polytechnique Montréal

Analyse des dimensions de l’expérience utilisateur avec des produits interactifs

Marie Rochefeuille

Mémoire de maîtrise (2013)

[img]
Affichage préliminaire
Télécharger (1MB)
Citer ce document: Rochefeuille, M. (2013). Analyse des dimensions de l’expérience utilisateur avec des produits interactifs (Mémoire de maîtrise, École Polytecvhnique de Montréal). Tiré de https://publications.polymtl.ca/1159/
Afficher le résumé Cacher le résumé

Résumé

RÉSUMÉ : L’EU s’inscrit dans la continuité de l’utilisabilité. Cette dernière se focalise essentiellement sur les qualités instrumentales d’un produit, alors que l’EU prend aussi en compte les aspects esthétiques, hédoniques et émotifs qui affectent la perception de l’utilisateur lors de l’interaction avec le produit. L’accent est mis sur l’utilisation du produit de manière générale plutôt que sur le produit et ses fonctionnalités. Le défi pour les chercheurs et les praticiens est de comprendre comment créer une EU positive, d’identifier et de pondérer les facteurs qui entrent en compte dans le jugement d’une expérience par l’utilisateur d’un produit ou d’un service. Un certain nombre de modèles et de théories sur la composition de l’EU et d’outils d’évaluation fleurissent à ce sujet. Nous proposons dans la présente étude d’identifier les dimensions de l’EU avec des produits interactifs dans le but de jeter les bases pour la construction d’un outil d’évaluation subjective de l’EU. Pour cela, nous avons dans un premier temps, à partir d’une revue exhaustive de la littérature, identifié les différentes dimensions de l’EU, celles-ci peuvent être regroupées autour de deux pôles : produit et utilisateur. Le pôle produit comprend les dimensions suivantes : fonctionnelle, utilité/utilisabilité, informationnelle et physique. Le pôle utilisateur comprend les dimensions suivantes : sensorielle, cognitive, psychologique et sociale. De un à quatre indicateurs mesurables représentent chacune de ces dimensions. Dans un second temps, nous avons élaboré un questionnaire de 26 affirmations portant sur la présence et le poids de ces indicateurs et par rapport auxquelles les participants devaient signifier leur degré d’accord ou désaccord. Nous avons ainsi recueilli témoignages de 210 personnes à qui nous demandions de décrire une expérience qu’elles avaient eue récemment avec un produit interactif et de répondre aux questions en fonction de cette dernière. L’analyse préliminaire de ces données a montré que la nature (positive ou négative) de l’EU et le type de produit utilisé, mais dans une moindre mesure, avaient un impact sur les profils de réponses. Lorsque l’expérience décrite est positive, les notes attribuées aux indicateurs sont globalement plus hautes et les indicateurs performance, simplicité, utilité, quantité, qualité, contact, culture, stress, plaisir, fierté, frustration et attachement se distinguent clairement comme ceux impactant le plus sur la nature de l’EU. Quant au type de produit, il semble que les indicateurs soient notés de manière différente selon le produit utilisé mais les différences sont moins marquées. Par contre le but (be-goals ou do-goals) de l’EU ne semblait pas influencer les profils de réponses. Sur les 210 répondants initiaux, nous avons extrait 161 réponses complètes, ce qui était nécessaire pour les analyses factorielles appliquées. Sur une base de données de 161 participants, des analyses factorielles ont révélé l’existence d’une nouvelle structuration de l’EU acceptable statistiquement et qui, bien que différente de celle proposée dans le cadre conceptuel de ce projet, l’est aussi théoriquement. Les dimensions de cette nouvelle structuration ainsi que les indicateurs qui les représentent sont : caractéristiques de base (indicateurs : simplicité, caractéristiques de performance, quantité d’information et qualité de l’information), possibilités d’utilisation (indicateurs : compatibilité avec d’autres produits, utilité), caractéristiques secondaires (indicateurs : fiabilité, caractéristiques physiques et disponibilité), psychologique positif (indicateurs : fierté, visuel, attachement au produit et plaisir), psychologique négatif (indicateurs : frustration, stress et effort physique), attrait (indicateurs : contact, culture et effort cognitif) et sensorielle (indicateurs : sonore et tactile). Cependant, nous n’avons pu corroborer la scission de l’EU en deux pôles. Ces résultats peuvent servir de base à la construction d’un outil d’évaluation subjective de l’EU avec des produits interactifs. Il faut cependant vérifier la répétabilité de ces résultats dans de futures études avec un échantillon plus grand (300 personnes ou plus) et représentatif de la population. Les dimensions ainsi définies devraient comporter idéalement de quatre à cinq indicateurs chacune et la précision de la mesure doit être la même pour chaque indicateur. Il serait intéressant d’explorer statistiquement la division des dimensions de l’EU selon les deux catégories suivantes : facteurs d’hygiène (leur absence crée un mauvais jugement de l’EU) et facteurs de motivation (leur présence permet de créer une EU positive à condition que les facteurs d’hygiène soient présent aussi).-----------ABSTRACT : The user experience (UX) is an extension of the concept of usability. The latter focuses primarily on instrumental qualities of a product, while the UX also takes into account the aesthetic, hedonic and emotional aspects that affect the user’s perception when interacting with the product. The emphasis is on the use of the product in general rather than on the product and its features. The challenge for researchers and practitioners is to understand how to create a positive UX, to identify and weigh the factors that come into play in the judgment of the UX of a product or a service. A number of models and theories about the composition of UX and evaluation tools bloom about it. We propose in this study to identify the dimensions of the UX with interactive products in order to lay the foundation for building a tool for the subjective assessment of the UX. To do this, we firstly, from a literature review, identify the different dimensions of the UX, it can be grouped into two poles: product and user. The product pole encompasses the following dimensions: functional, utility / usability, informational and physical. The user pole includes the following dimensions: sensory, cognitive, psychological and social. Each of these dimensions is represented by 1 to 4 measurable indicators. In a second step, we developed a questionnaire of 26 statements on these indicators against which participants had to indicate their degree of agreement or disagreement. We have collected 210 UX stories from people; we asked them to describe an experience they had recently with an interactive product and answer questions based on it. Preliminary analysis of these data showed that the nature (positive or negative) of UX and the type of product used, but on a lesser extent, had an impact on the response patterns. When the experience described is positive, the scores for indicators are generally higher and the indicators of performance, simplicity, value, quantity, quality, contacts, culture, stress, pleasure, pride, frustration and commitment are clearly distinguishable as those impacting the more about the nature of the UX. On the type of product, it seems that the indicators are rated differently depending on the product but the differences are less marked. The goal (be-goals or do-goals) of the UX does not appear to influence the response profiles. Of the 210 initial respondents, we extracted 161 complete responses, which was necessary to perform a factor analysis. On a database of 161 participants, factor analyzes revealed the existence of a new structure of the UX statistically acceptable and which, although different from that proposed in the conceptual framework of this project, is also theoretically. The dimensions of this new structure and the indicators that represent are: basic characteristics (indicators: simplicity, performance characteristics, quantity of information and quality of information), use opportunities (indicators: compatibility and utility), additional features (indicators: reliability, availability and physical characteristics), positive psychological (indicators: pride, visual, commitment to product and pleasure), negative psychological (indicators: frustration, stress and physical effort), attractiveness (indicators: contact, culture and cognitive effort) and sensory (indicators: auditory and tactile). However, we could not corroborate the division of the EU into two poles. These findings may provide the basis for the construction of a subjective evaluation tool of the UX with interactive products. However the repeatability of these should be checking in future studies with a larger (300 or more) and representative population sample. The dimensions defined should ideally have four to five indicators each and the quality of the measurement must be the same for each indicator. It would be interesting to explore statistically the division of the dimensions of the UX in the following two categories: hygiene factors (their absence creates a bad judgment of the EU) and motivators (their presence creates a positive UX on condition that hygiene factors are also present).

Document en libre accès dans PolyPublie
Département: Département de mathématiques et de génie industriel
Directeur de mémoire/thèse: Jean-Marc Robert
Date du dépôt: 23 oct. 2013 10:48
Dernière modification: 24 oct. 2018 16:11
Adresse URL de PolyPublie: https://publications.polymtl.ca/1159/

Statistiques

Total des téléchargements à partir de PolyPublie

Téléchargements par année

Provenance des téléchargements

Actions réservées au personnel