<  Back to the Polytechnique Montréal portal

Proposition d'un cadre simplifié de mesure de performance pour un accélérateur et incubateur d'entreprises

Charlotte Aebischer

Master's thesis (2023)

[img] Restricted to: Repository staff only until 13 November 2024
Terms of Use: All rights reserved
Show abstract
Hide abstract

Abstract

Business Accelerators and Incubators (BIA) are entrepreneurship support structures. They enable start-ups to learn entrepreneurial skills and to create a network. BIAs have many stakeholders: they evolve in a given entrepreneurial ecosystem in which public or private organizations are interested about BIA’s performance. In fact, those BIA play a major role in the development of new and innovative firms who will themselves choose which is the best BIA for them to join. Moreover, each stakeholder has its own vision of what a performing BIA is. Hence, this performance measurement is a long and complex process for such structures. The multiple number of requirements and frameworks imply a waste of time and a loss of meaning in performance measurement. Furthermore, the scientific literature gives some guidelines concerning performance measurement of BIAs, but those guidelines often prove themselves to be too far away from the field realities. The main goal for this research study is to suggest a simplified and optimal framework for performance measurement of BIAs that satisfies each stakeholder. This resulting framework is simplified because it contains a reduced number of performance indicators while enabling each stakeholder to be satisfied. A case study is conducted with Zú, a BIA based in Montréal, Québec, Canada. This BIA is the perfect example for having a long and complex performance measurement framework. This research project is based on a participant observation into the case study. This enables the research team to become familiar to the field realities when it comes to BIA’s performance measurement and its limitations. The framework drawn from the field is analyzed and compared to theorical implications. The results are interesting for both the scientific research on BIA’s performance measurement and the diverse stakeholders on the field encountering many issues on this topic. Firstly, the performance measurement framework as measured on the field is set up. The needs of different stakeholders, internal or external, are considered. A document review is conducted to gather the needs of the ecosystemic stakeholders. A participatory observation during strategic planning sessions and operational sessions as well as a document review are used to gather the internal needs in terms of data. Finally, entrepreneurs who took part into one or several programs of the studied BIA are interviewed. Semi structured exchanges are used to understand what makes a performing BIA for them. These three different levels are used to establish the performance measurement framework on the field. Once it is set up, it is compared to the one set up by the scientific literature on the topic. The results of this comparison are presented to several directory members of the case studied first. After that, semi structured interviews are conducted with the ecosystemic stakeholders considered to set up the framework used on the field. The goal was to understand their needs and their goals when it comes to measuring the performance of BIAs and to understand what underlines the specificities of each framework. Overall, these presentations are used to identify the core elements of this performance measurement, for instance key themes (start-ups growth and services relevance), themes with an increasing importance (corporate social responsibility), and the data type it is interesting to follow (quantified long-term results, but those are the hardest to follow). A simplified framework for BIA’s performance measurement is finally deduced. This framework is built on the basis of field and theorical habits when it comes to performance measurement of BIAs. It underlines the core elements of each framework (both from theory and from the field) based on a comparative analysis and on feedback given by each level of stakeholders. Eleven performance indicators are identified as the most interesting to follow for such structures because they meet the needs of each level of stakeholder. Because this framework is much concise than the one currently used, the BIA’s effort in measuring its performance are simplified and more impactful.

Résumé

Les accélérateurs et incubateurs d’entreprises (AIE) sont des structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat, permettant aux entreprises en démarrage d’apprendre des connaissances entrepreneuriales et de se créer un réseau de contacts. Ces structures possèdent de nombreuses parties prenantes : au sein de l’écosystème dans lequel elles évoluent, des organismes publics ou privés, des entreprises ou des experts de leur secteur d’activité regardent de près la performance des AIE qui jouent un rôle dans le développement de nouvelles entreprises innovantes qui vont-elles-mêmes choisir les meilleures structures pour les accompagner. Or, chacune de ces parties prenantes possède sa propre vision de ce qui fait la performance d’un AIE, ce qui rend la mesure de performance d’une telle structure longue et complexe. La multiplicité des cadres et des exigences implique pour les AIE une perte de temps et de sens lorsqu’il s’agit de mesurer leur performance. De plus, la littérature à ce sujet propose un cadre théorique de mesure de performance, qui s’avère lacunaire par rapport aux des exigences du terrain. L’objectif de ce projet de recherche est de proposer un cadre de mesure de performance simplifié et optimal pour un AIE, c’est-à-dire présentant un nombre réduit d’indicateurs de performance tout permettant de satisfaire l’ensemble des exigences des parties prenantes étudiées. Il repose sur une étude de cas : l’AIE montréalais Zú , dont le cadre de mesure de performance exigé par ses parties prenantes est complexe, long, et manque d’unicité. Ce projet de recherche est réalisé sous la forme d’une observation participante auprès du cas d’étude, ce qui permet de se familiariser avec les réalités du terrain concernant la mesure de performance d’un AIE et notamment de dresser le cadre de mesure de performance effectif sur le terrain ainsi que ses limites. Celui-ci est analysé et comparé à la lumière des pratiques identifiées par la théorie. Les résultats produits sont intéressants d’un point de vue de la recherche, tout en étant utiles pour les acteurs du terrain et leurs problématiques. D’abord, le cadre de mesure de performance terrain a été dressé, en prenant en compte les exigences des différentes parties prenantes de l’AIE, internes ou externes. Une analyse documentaire est effectuée au niveau des parties prenantes de l’écosystème pour colliger les données de mesure de performance exigées par différents acteurs. À l’interne, une observation participante ainsi qu’une analyse documentaire lors de sessions de planification stratégique et de points opérationnels permettent de récolter les indicateurs de performance suivis par les membres de direction. Des entrepreneurs accompagnés par l’AIE à l’étude sont interrogés via des entrevues semi-dirigées pour comprendre ce qui fait pour eux la performance d’une structure d’accompagnement comme un AIE. Une fois ce cadre de mesure de performance terrain est dressé, il est comparé aux pratiques théoriques identifiées pour mesurer la performance d’un AIE. Les résultats de cette comparaison sont présentés à des membres du cas d’étude ainsi qu’aux acteurs de l’écosystème pris en compte dans l’élaboration du cadre de mesure de performance demandé sur le terrain, via des entrevues semi-dirigées, pour comprendre leurs choix en matière de mesure de performance des AIE. Cela permet de cerner les éléments les plus importants dans cette mesure de performance, notamment sur les catégories de données les plus parlantes pour ces différents acteurs (comme les données relatives à la croissance des entreprises accompagnées et la pertinence des services offerts par l’AIE), celles dont l’importance est croissante (comme les questions d’inclusion et de responsabilité sociale). Les résultats les plus parlants à suivre pour les AIE sont des résultats chiffrés, sur le long terme, mais souvent ces métriques sont les plus difficiles à récolter. De l’ensemble de ces résultats est ensuite déduit un cadre de mesure de performance simplifié pour les AIE. Ce cadre final est construit en s’inspirant des pratiques de mesure de performance des AIE qu’il est possible d’identifier sur le terrain ou dans la théorie, et en mettant de l’avant les éléments les plus importants de ces cadres grâce à une analyse comparative ainsi qu’aux retours effectués par les différents acteurs sur le terrain de cette mesure de performance. Onze indicateurs de performance sont ainsi déduits comme les plus intéressants à suivre pour ces structures, car ils permettent de répondre aux besoins de l’ensemble de leurs parties prenantes tout en simplifiant la tâche de mesure aux AIE.

Department: Department of Mathematics and Industrial Engineering
Program: Maîtrise recherche en génie industriel
Academic/Research Directors: Yabo Octave Niamié and Fabiano Armellini
PolyPublie URL: https://publications.polymtl.ca/54151/
Institution: Polytechnique Montréal
Date Deposited: 13 Nov 2023 10:48
Last Modified: 05 Apr 2024 12:00
Cite in APA 7: Aebischer, C. (2023). Proposition d'un cadre simplifié de mesure de performance pour un accélérateur et incubateur d'entreprises [Master's thesis, Polytechnique Montréal]. PolyPublie. https://publications.polymtl.ca/54151/

Statistics

Total downloads

Downloads per month in the last year

Origin of downloads

Repository Staff Only

View Item View Item