<  Back to the Polytechnique Montréal portal

L’entrepreneuriat informel dans la gestion des contenants consignés : le cas de la coopérative Les Valoristes à Montréal

Manon Desjardins

Masters thesis (2019)

[img]
Preview
Download (3MB)
Cite this document: Desjardins, M. (2019). L’entrepreneuriat informel dans la gestion des contenants consignés : le cas de la coopérative Les Valoristes à Montréal (Masters thesis, Polytechnique Montréal). Retrieved from https://publications.polymtl.ca/3984/
Show abstract Hide abstract

Abstract

RÉSUMÉ : La gestion des déchets est un problème bien connu internationalement. Alors que des accords internationaux sur l’environnement, la Convention de Bâle ou l’Accord de Paris encadrent le commerce des déchets pour que chaque pays s’occupe des matières résiduelles qu’il génère, ce sont les municipalités qui s’occupent des systèmes de collecte et de traitement de ces matières dans la plupart des pays. Cependant, ces politiques connaissent des défaillances institutionnelles qui peuvent amener à une gestion des matières résiduelles inefficace dans certains cas. Au moins 33% des 2 millions de matières résiduelles générées chaque année ne sont pas traitées de manière durable (Kaza Silpa, 2018), ce qui entraîne des conséquences graves des points de vue environnementaux (e.g. (Dermatas, 2017; El-Fadel, Findikakis, & Leckie, 1997; Giusti, 2009; Porter & van der Linde, 1995)) et sanitaires (e.g. (Dermatas, 2017; Giusti, 2009; Jarup et al., 2002; Porter & van der Linde, 1995)). Face à ces limites institutionnelles, des chercheurs ont observé que certaines populations ont de moins en moins confiance dans les gouvernements et choisissent d’entreprendre dans l’informalité (e.g. (Toledo Orozco & Veiga, 2018)). Dans le domaine de la gestion des déchets, cette action se traduit par le recyclage informel. Des personnes, souvent en grande précarité financière, choisissent de sillonner les rues à la recherche de matières valorisables qu’elles vont recycler ou revendre afin d’obtenir un revenu. Ce type d’entrepreneuriat permet à l’entrepreneur de subvenir à ses besoins ainsi qu’à ceux de sa famille tout en aidant l’environnement. Souvent vues comme une solution dans les pays en développement, certains préconisent d’officialiser ces entreprises de recyclage afin d’améliorer les conditions de vie du recycleur mais aussi le développement économique (de Soto, 2007). Ainsi, beaucoup d’organisations ont été créées dans le but d’aider les recycleurs informels à travers l’officialisation de leur activité. L’économie informelle a beaucoup été étudiée dans la littérature, notamment dans des études de cas concernant les pays en développement. Le domaine d’étude de l’entrepreneuriat connaît également une littérature abondante. Toutefois, peu d’études proposent une explication à l’entrepreneuriat informel (e.g. (Thi Tanh Thai & Turkina, 2013)). Cette explication peut être découpée en plusieurs facteurs : les externes (par exemple, des coûts d’officialisation importants, une concurrence élevée et une culture collectiviste) et les personnels (par exemple, le niveau d’éducation). Alors que ces études empiriques portent sur les facteurs explicatifs de l’entrepreneuriat informel, peu se sont penchées sur les facteurs décisifs du choix entre secteurs formel et informel. Une étude, empirique, s’est attardée sur les facteurs macroscopiques du choix (Thai Thi Thanh & Turkina, 2014) alors qu’un seul modèle théorique porte sur le choix des entrepreneurs entre les secteurs formel et informel d’un point de vue microscopique (Sinclair-Desgagné, 2013). De plus, les études portant sur les explications à entreprendre dans le secteur informel sont toutes issues de cas de pays en développement. Or, l’entrepreneuriat informel existe également dans les pays développés. Dans le domaine de la gestion des déchets, l’entrepreneuriat informel peut se traduire également par la récupération de matières valorisables, mais aussi par la récupération de nourriture ou de contenants consignés. Cette dernière activité est issue d’une limite d’un système de consignation qui est la non-restitution des contenants vides par les citoyens. En effet, certains préfèrent les laisser à l’abandon et d’autres vont alors les récupérer afin de les rendre contre le montant consigné. La question qui se pose alors est la suivante : Pourquoi les ramasseurs préfèrent-ils le secteur informel au formel dans un pays développé ? Cette étude propose de tester les facteurs explicatifs à l’activité de collecte de contenants consignés dans le cas d’une région développée. Cette activité est particulièrement intéressante car elle est partie intégrante de l’économie informelle mais les revenus des ramasseurs sont considérés comme des dons et ne sont donc pas soumis à la même législation que les autres revenus. Cette étude porte sur le cas de la coopérative Les Valoristes à Montréal qui a choisi une organisation permettant d’optimiser les profits des ramasseurs. Cette étude de cas se veut exploratoire et suit deux objectifs de recherche : 1. Expliciter un modèle en particulier, celui de la coopérative Les Valoristes ; 2. Comprendre les motivations des valoristes de Montréal à choisir d’entreprendre la collecte de contenants consignés dans le secteur informel. Le choix des valoristes montréalais à entreprendre dans le secteur informel peut s’expliquer selon trois grands thèmes. Le premier est le type d’entrepreneuriat. En effet, la plupart des valoristes sont des personnes en précarité financière. Ils entreprennent par nécessité, ce qui ne laisse pas la place à la réflexion quant au potentiel économique de l’activité si elle était officialisée. Également, le profil du valoriste a un rôle important dans la décision. Son mode de vie influence sa prise de décision ainsi que sa confiance dans le succès de son entreprise. Enfin, les perceptions des valoristes quant aux politiques d’aide sociale provinciales et fédérales sont négatives. Ainsi, ils n’ont pas confiance dans les gouvernements et choisissent d’entreprendre dans l’informalité. Pour améliorer la situation actuelle, il serait intéressant d’abord de proposer un premier dépôt permanent au Québec, qui serait géré par la coopérative Les Valoristes. Cela permettrait faciliter le dépôt des contenants consignés vides et d’inclure socialement les ramasseurs. Également, les valoristes rendent un service à la société et leurs conditions d’activité doivent être améliorées. Une politique pouvant être proposée est une aide sociale bonifiée à travers une formation appropriée pour réduire les risques d’accident et l’attribution de bons afin que ceux ayant des soucis de santé puissent consulter plus facilement.----------ABSTRACT : Waste management is a well-known issue internationally. While international environmental agreements (for example, the Basel Convention or the Paris Agreement) regulate waste trade so that each country deals with the waste it generates, municipalities are responsible for waste collection and treatment systems in most countries. However, these policies have institutional failures that can lead to ineffective waste management in some cases. At least 33% of the 2 million residual materials generated each year are not treated in a sustainable way (Kaza Silpa, 2018),which leads to serious consequences for the environment (e.g. (Dermatas, 2017; El-Fadel, Findikakis, & Leckie, 1997; Giusti, 2009; Porter & van der Linde, 1995) and health (e.g. (Dermatas, 2017; Giusti, 2009; Jarup et al, 2002; Porter & van der Linde, 1995)). Faced with these institutional limitations, researchers have observed that some people have less and less confidence in governments and choose to undertake in an informal way (e.g. (Toledo Orozco & Veiga, 2018)). In the field of waste management, this action takes the form of informal recycling. People, often in great financial difficulty, choose to walk the streets in search of recyclable materials that they will recycle or resell in order to obtain an income. This type of entrepreneurship allows the entrepreneur to support himself and his family while helping the environment. Often seen as a solution in developing countries, some advocate formalizing these recycling companies in order to improve the recycler's living conditions but also economic development (de Soto, 2007). Thus, many organizations have been created to help informal recyclers through the formalization of their activity. The informal economy has been extensively studied in the literature, including case studies in developing countries. The field of study of entrepreneurship also has an abundant literature. However, few studies offer an explanation for informal entrepreneurship (e.g. (M. T. T. Thai & Turkina, 2013)). This explanation can be broken down into several factors: external (e.g. high formalization costs, high competition and collectivist culture) and staff (e.g. level of education). While these empirical studies focus on the factors that explain informal entrepreneurship, none of them have examined the decisive factors that determine the choice between the formal and informal sectors. Only a theoretical model on the choice of entrepreneurs between the formal and informal sectors was proposed by Sinclair-Desgagné in 2012. In addition, the studies on explanations to be undertaken in the informal sector are all based on cases from developing countries. However, informal entrepreneurship also exists in developed countries. In the field of waste management, informal entrepreneurship can also mean the recovery of recoverable materials, but also the recovery of food or returnable containers. This last activity is the result of a limitation of a deposit system, which is the non-return of empty containers by citizens. Indeed, some prefer to leave them abandoned and others will then recover them in order to return them against the amount deposited. The question then arises as follows: Why do pickers prefer the informal to the formal sector in a developed country? This study proposes to test the factors that explain the activity of collecting returnable containers in a developed region. This activity is particularly interesting because it is an integral part of the informal economy, but the income received by collectors is considered as a donation and is therefore not subject to the same legislation as other undeclared income. This study presents a case study of the Les Valoristes cooperative in Montreal. This choice of organization was made because it offers the possibility for valuers to help them to optimize their profits. This case study is intended to be exploratory and follows two research objectives: 1. Explain a particular model, that of the cooperative Les Valoristes; 2. Understand the motivations of Montreal recyclers to choose to undertake the collection of refundable containers in the informal sector. The choice of Montreal pickers to be undertaken in the informal sector can be explained according to three main themes. The first is the type of entrepreneurship. Indeed, most appraisers are people in financial difficulty. They undertake out of necessity, which does not leave room for reflection on the economic potential of the activity if it were formalized. Also, the profile of the valuator has an important role in the decision. Her lifestyle influences her decision-making and her confidence in the success of her business. Finally, pickers' perceptions of provincial and federal social assistance policies are negative. As a result, they do not trust governments and choose not to report their income. To improve the current situation, it would be interesting to propose a permanent depot in Quebec, which would be managed by the cooperative. This would facilitate the deposit of empty refundable containers and socially include pickers. Offering the same service as retailers, the cooperative should be able to receive the bonus from the retailer too. This would allow it to set up the permanent depot. Pickers also provide a service to society and their working conditions must be improved. One policy that can be proposed is enhanced social assistance through appropriate training to reduce the risk of accidents and the allocation of vouchers so that those with health concerns can consult more easily.

Open Access document in PolyPublie
Department: Département de mathématiques et de génie industriel
Academic/Research Directors: Nathalie de Marcellis-Warin and Bernard Singlair-Desgagné
Date Deposited: 11 Oct 2019 10:15
Last Modified: 11 Oct 2020 01:15
PolyPublie URL: https://publications.polymtl.ca/3984/

Statistics

Total downloads

Downloads per month in the last year

Origin of downloads

Repository Staff Only