<  Retour au portail Polytechnique Montréal

Open Innovation Practices in the Professional Services Industry

Shadi Farha

Thèse de doctorat (2016)

[img]
Affichage préliminaire
Télécharger (4MB)
Citer ce document: Farha, S. (2016). Open Innovation Practices in the Professional Services Industry (Thèse de doctorat, École Polytechnique de Montréal). Tiré de https://publications.polymtl.ca/2458/
Afficher le résumé Cacher le résumé

Résumé

RÉSUMÉ : L'innovation ouverte (IO) est devenue un sujet très populaire tant dans la litérature que dans l’industrie. Les articles académiques ont proliféré, les chercheurs étudient de plus en plus l'IO, et le monde professionnel investit pour s’ouvrir davantage. L'intérêt dans l’IO est donc là et grandissant. D'un point de vue académique, la litérature sur le sujet a été jusqu'à présent surtout concentrée sur les secteurs manufacturier et technologique, avec moins d'accent sur les services. Grâce à un examen approfondi de la littérature, on observe une tendance croissante chez les auteurs pour mettre l'accent sur les services dans l'innovation ouverte, avec un nombre croissant d'études empiriques réalisées ces dernières années. Cependant, les entreprises de services professionnels (PSF, par exemple les services comptables, fiscaux, conseil, de négociation, et d'ingénierie) sont très légèrement couvertes jusqu'à présent. Les firmes de ce secteur à forte concentration de connaissance jouent un rôle important en tant qu'intégrateurs, intermédiaires et catalyseurs de l'innovation dans l'écosystème, les rendant théoriquement plus inclusifs et ouverts par nature. Cela en fait un domaine d'étude intéressant pour l'IO. Compte tenu de cette lacune importante, l'objectif de cette thèse est donc de mieux comprendre l'innovation ouverte dans les PSF, ses applications et ses effets sur la performance. Pour contribuer à combler cette lacune, un modèle conceptuel intégrant tous les éléments constitutifs de l'IO a été élaboré sur la base de la revue de la littérature. Ce modèle a ensuite été élargi pour tenir compte des particularités des services et des PSF en particulier. Cela a été réalisé grâce à une recherche exploratoire (20 entrevues) dans plusieurs firmes du secteur et certains de leurs clients au Canada. Le modèle révisé et les propositions d'hypothèses ont ensuite été testés à l'aide d'une enquête auprès d'une des plus importantes firmes de services professionnels au Canada (5 000 à 10 000 employés), récoltant 345 répondants. En parallèle, l'enquête a également été ouverte à un plus grand nombre d'entreprises du secteur afin de valider les résultats à l'externe, récoltant 55 autres réponses. Enfin, cinq leaders de l'industrie ont été interviewés afin d'obtenir leurs commentaires et leurs idées sur les résultats. Les entrevues et observations sur place ont confirmé que les services professionnels appliquent plusieurs des pratiques ouvertes d'innovation mises de l'avant dans la théorie. Collaborer avec des partenaires extérieurs, acquérir des connaissances et des innovations en dehors des frontières de l'entreprise, partager ouvertement les connaissances et les innovations internes avec le public et les clients, sont toutes des activités clés que les services professionnels effectuent régulièrement. La nature de leur travail, très orientée vers la création de valeur par le biais des connaissances et du transfert à des clients, rend les PSF plus enclins à s'engager dans des pratiques d’IO. La recherche actuelle a prouvé que l'innovation ouverte est applicable dans les entreprises de services professionnels, avec certaines particularités. Le processus inbound (vers l’intérieur) est plus important que le processus outbound (vers l’extérieur), mais les pratiques d’IO ne sont pas toutes appliquées. Par exemple, les spin-ins, les spin-off d’innovations, et les fusions et acquisitions n'ont pas été jugés très importantes dans les pratiques d'IO des PSF. Les pratiques couplées d'IO sont également appliquées avec quelques particularités. Ils se révèlent être plus intenses dans l'innovation pour les clients, que pour celles axées sur l'interne de l'entreprise. Les dirigeants des entreprises sont plus ouverts à la collaboration externe, mais n'ont pas traduit cela en pratique : les employés trouvent qu’il n’y a pas suffisamment de temps à consacrer à l'innovation, et que les récompenses et des incitations nécessaires existent peu. Le partage des connaissances est essentiel, surtout lorsqu'il s'agit de projets clients externes. Les risques sont perçus comme très importants, en particulier ceux liés à la réputation des entreprises. Des pratiques solides sont mises en place pour les dissuader, en particulier les mesures informelles de protection de la propriété intellectuelle. Cette recherche démontre que les facteurs d'érosion ont une forte influence sur la nécessité d'accroître les pratiques d’IO, qui ont à leur tour un impact positif et significatif sur l'innovation et la performance financière des PSFs. Les résultats démontrent que cet impact est modéré par la culture organisationnelle et la gestion des risques. En général, ces résultats sont vrais à la fois pour la Firme ABC ainsi que pour le reste des entreprises sondées. L'échantillon externe semble cependant avoir une plus grande propension à l'ouverture et à la collaboration externe. Cela peut s'expliquer par le fait que la plupart des répondants de l'échantillon externe (79%) sont dans le Conseil, un sous-secteur généralement plus ouvert que les autres. Le modèle conceptuel proposé, testé et validé à l’interne et à l’externe est donc la principale contribution théorique de cette recherche. La principale contribution pratique est de permettre aux gestionnaires dans les PSFs de comprendre où sont les principaux défis à résoudre pour permettre une plus grande ouverture. La recherche a toutefois ses limites, surtout en ce qui concerne le nombre limité d'entreprises qui sont représentées dans l'étude, ainsi que l'étendue des types de lignes de services couverts. Les recherches futures devraient se concentrer sur l'expansion de ces aspects, et de mieux comprendre les différences entre les lignes principales de services.----------ABSTRACT : Open innovation (OI) has become a very popular topic both in academic and professional services. Peer-reviewed articles have proliferated, researchers have been increasingly studying OI, and the professional world has been investing in it. The interest is there and growing. From an academic perspective, most of the focus have thus far been on manufacturing and technology sectors, with less emphasis on services. Through an extensive review of the literature, a growing trend of focus on services in open innovation is observed, with an increasing amount of empirical studies conducted in recent years. However, professional services firms (PSFs e.g. accounting, tax, consulting, deals, and engineering services) are very lightly covered thus far. They play an important role as integrators, intermediaries and catalysts of innovation in the ecosystem, making them theoretically more inclusive and open by nature. This makes them an interesting field of study for OI. Given this important gap, the objective of this thesis is to better understand open innovation in PSFs, its applications and impacts on performance. To contribute in closing this gap, a conceptual model integrating all OI building blocks was developed based on the non-services literature review. This model was then expanded to account for the particularities of services and PSFs in particular. This was accomplished through another literature review and an exploratory research (20 interviews) in several PSFs and some of their clients in Canada. The revised model and propositions were then tested through a survey in one of the largest professional services firm in Canada (5,000-10,000 employees), with 345 respondents. In parallel, the survey was also opened to a larger set of companies in the sector to validate the findings externally, with another 55 external respondents. Finally, four leaders in the industry were interviewed to get their feedback and insights on the results. On site observations confirmed that professional services apply several of the open innovation practices brought forward in the theory. Collaborating with external partners, sourcing knowledge and innovations from outside the firm boundaries, sharing internal knowledge and innovations openly with the public and the customers all key activities that professional services conduct regularly. The nature of their work, very geared towards value creation through knowledge creation and transfer to clients in particular, makes PSFs more inclined to engage in open innovation practices. The current research proved that Open innovation is applicable in professional services firms, with certain particularities. Outside-in is more important than inside-out OI, but not all practices are applied. For instance, active spin-ins, spin-offs, and M&As were not found to be very important in PSFs OI practices. Coupled OI practices are also applied with some particularities. They are found to be more intense when innovating for clients, rather than internally for the firm. The firms’ leaders are more open to external collaboration but have not translated this into allowing enough time to be spent on innovation, or in putting in place the rewards and incentives that are needed. Knowledge sharing is key, more so when it comes to external client projects then internal innovations. Risks are perceived as very important, especially the ones related to the firms’ reputation. Strong practices are in place to deter these, especially informal IP protection ones. This research proves that erosion factors impact the need to increase open innovation practices, which in turn have positive and significant impact on the professional firms’ innovation and financial performance. This impact is moderated by the organizational culture and risk management. In general, these findings are found to be true both for Firm ABC and for the rest of the companies. The external sample however seems to have a higher propensity to openness and external collaborations. This could be explained by the fact that most of the external sample respondents (79%) are in consulting, an area found to be in general more open than the other lines of services. The conceptual model suggested, tested and validated internally and externally, is therefore the main theoretical contribution of this research. The main practical contribution is allowing managers in professional services firm to understand where are the main areas of focus and investment needed to allow for more openness. The research has limitations, especially in terms of the limited number of companies that are represented in the study, as well as the breadth of the types of lines of services covered. Future research should focus on expanding this further, and understand more the differences between the main lines of services.

Document en libre accès dans PolyPublie
Département: Département de mathématiques et de génie industriel
Directeur de mémoire/thèse: Nathalie de Marcellis-Warin
Date du dépôt: 06 juin 2017 11:26
Dernière modification: 24 oct. 2018 16:12
Adresse URL de PolyPublie: https://publications.polymtl.ca/2458/

Statistiques

Total des téléchargements à partir de PolyPublie

Téléchargements par année

Provenance des téléchargements

Actions réservées au personnel